Replace collectd server with influxdb with native protocol for metric storage

I am working on a small project of mine based on collecting metrics of my power consumption and it involves using collectd on a small device (more to come about that in few days) and collecting the data on a remote collectd server.

Well, long story short, I wanted to use influxdb instead of collectd RRD backend but I didn’t want to use a proxy (like influxdb-collectd-proxy or collectd-influxdb-proxy) between collectd and influxdb to make them talk together. While reading the commlitlog, I came across the git log and discovered that influxdb gained native collectd protocol since 0.8.4. So it means influx can replace seamlessly a collectd server.

As it was almost unnoticed and there is no documentation provided on the influxdb site, I decided documentating that would be cool.

So I assume you have a working collectd client, it should have something like that.

Loadplugin network
...
<Plugin "network">
Server "foobar.com" "25826" #25826 is the collect server port
</Plugin "network">

I provide an example configuration. So you have to add this stanza to the influxdb configuration.

[input_plugins.collectd]
enabled = true
port = 25826
database = "collectd"
typesdb = "/usr/share/collectd/types.db"

I guess it speaks for itself (port 25826 is the default server port of collectd), except the typesdb definition, which the file mapping used by collectd to understand the data it receives and store it. So to have this file you have 2 solutions, install collectd or retrieve an example somewhere.

Restart influxdb and you’re done, influxdb replaced your collectd server. You can check you receive data by executing the query SELECT * from /.*/ or list series in the datatabase collectd.

In my specific case, I kept collectd alongside with influxdb, and configure my collectd clients to send data to the two servers. But playing with grafana on top of it makes me think that I won’t keep collectd for long for storing data (don’t get me wrong, collectd stays a wonderful for collecting metrics).

Edit: I did a patch to update the influxdb documentation

GNOME Trademark and Groupon

image from http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Trademark-symbol.png

Registered trademark

If you regularly read the minutes of the GNOME Foundation you noticed since few months there is a dispute about the use of the GNOME trademark by Groupon. The company has released a point of sale tablet under the name GNOME despite the trademark being registered by the GNOME Foundation.

So long story short, Groupon try now to steal the trademark GNOME and we need $80,000 to oppose the registration of the 10 first registrations of Groupon. All the details are at https://gnome.org/groupon/. So if you have some money to spend, consider giving some to defend the GNOME trademark to raise $80,000 by 8th December.

Spread the word on: Facebook, Google+ and Twitter

Update: It seems Groupon after months of request from the Foundation to change their product name, finally decided to accept this request after the dispute was made public. That’s a good move forward in right direction for us, but I want to see the registrations made from Groupon cancelled, and as suggested by someonee on twitter, I’d appreciate Groupon provide a donation to cover the money already involved in this legal process by the Foundation.

Gustin: #2 Organic Indigo Selvedge Chambray

About one year ago, I discover Gustin a clothes brand that raised nearly 500 000 dollars from crow funding platform kickstarter.com that permitted to switch from a standard business model where their products by retailers to a model where they run campaigns to fund product during 14 days and people back the product and if the campaign succeed the cloth is product.

I’ve recently bought a shirt called #2 Organic Indigo Selvedge Chambray and as I found the gustin pictures generally don’t deserve their product I took some pictures in order to share them

Left Side

Front

You can see all pictures on ImgUr

Construire une terrasse en bois sur un sol en terre

(Normalement ce blog n’héberge pas de discussion à propos du bricolage mais une fois n’est pas coutume et ayant galéré un peu de mon côté, je me suis dit que partager mon expérience serait utile pour quelqu’un qui chercherait à construire une terrasse sur de la terre.)

Présentation

Le but de mon projet était de prolonger ma terrasse en carrelage par une terrasse en bois au-dessus d’un bout de terre qui mesure d’environ 3 mètres par 2,50 mètres (donc environ 7,5 m²).

Étant un bricoleur novice, sans beaucoup de main d’œuvre ni temps libre, je voulais que ça soit simple de réalisation, d’entretien et solide. J’ai donc éliminé le choix de bétonner le sol, de plus ma copropriété n’autorise pas les constructions en dur.

Le matériel choisit pour la terrasse est le suivant:

Initialement j’ai prévu de poser les lambourdes directement sur la terre après avoir égaliser légèrement le parterre avec une pioche et un râteau mais cette tache s’est relevée plus difficile que prévu alors j’ai préféré creuser profondément la terre et poser les lambourdes sur un support.

Matériel

Outils nécessaires

  • Pelle(s)
  • Pioche(s)
  • Râteau(s)
  • Règle(s) de 1,5 mètre avec niveau
  • Perceuse – Visseuse
  • Scie circulaire
  • Foret bois exotique 4 mm (si les vis font 5 mm)
  • Foret bois 8/10 mm (si les têtes des vis font 10 mm)
  • Espaceurs de terrasse

Choix des lambourdes

Je me suis tourné vers des lambourdes en bois exotique parce qu’au début je voulais juste poser les lambourdes directement sur le sol et donc cette solution nécessitait d’utiliser un bois imputrescible. Après avoir changé d’idée j’aurais pu me tourner vers des lambourdes bien moins chères comme des lambourdes en pin, qui sont aux environs de 5 € / pièce, mais je n’y ait pas pensé. Par contre étant moins dense donc moins solide il faut les rapprocher (une toutes les 30 cm au lieu d’une toute les 40 cm) pour compenser.

Choix des lames

Au départ mon choix s’était porté sur des lames en composites pour leur facilité d’entretien mais après avoir vu l’aspect et la couleurs des lames en vente chez Leroy-Merlin, j’ai été plutôt déçu. Le magasin Castorama du coin étant en rénovation, rien n’était disponible, je suis donc retourné chez Leroy-Merlin et j’ai donc choisi du bois plutôt que du composite.

Concernant les bois, les choix possibles étaient pin, douglas, cumaru, lantawi / tali, bambou et ipé. J’avoue que j’ai évité les lames en bois bas de gamme comme le pin car j’ai eu peur qu’elles deviennent cassantes au bout de quelques temps; j’ai aussi préféré éviter les lames à clipper et privilégier les lames à viser, il est donc resté cumaru, lantawi, bambou et ipé.

Le bambou était le bois qui me paraissait le plus beau mais l’entretien nécessaire — au moins deux traitements par an — m’a un peu freiné (oui je suis paresseux) et il n’est pas imputrescible;  de plus le risque que le bois soit contaminé par un champignon était possible (malgré les commentaires élogieux des consommateurs quant au traitement rapide et efficace effectué par le fournisseur en cas de découverte).

Concernant le cumaru et le lantawi je les ai trouvé trop sombres, la couleur tirant plus vers le rouge foncé que le marron.

Au final j’ai privilégié l’ipé de par son peu d’entretien et du prix intéressant auquel il était vendu, aux alentours de 80 € / m² au lieu de 130 € / m² habituellement, mais certes il restait néanmoins le plus cher.

Choix du support

plot-plastiquePour le support j’ai simplement choisi des plots en plastique réglables qui permettent d’avoir un débattement entre 8 et 14 centimètres, nécessaire compte tenu de la difficulté d’avoir un sol plane. Au début j’avais choisi des plots de 4 à 6 cm de débattement mais c’était trop difficile de limiter la différence de profondeur du sol à 2 centimètres.

Installation

Préparation de la terre

Il faut creuser d’une profondeur équivalente à l’épaisseur des lames (2,1 cm) + l’épaisseur des lambourdes (3,8 cm) + la hauteur des plots (entre 8 et 14 cm) afin que si nécessaire, les lames arrivent à la hauteur de votre terrasse existante. C’est un grosse partie du boulot à faire et cela peut déjà prendre pas mal de temps.

Ensuite Il faut faire en sorte que la terre soit le plus droit possible. Cela veut dire gratter et ratisser la terre le plus possible.  Pour évaluer la planéité de votre sol utilisez un règle muni d’un niveau. À ce moment-là il est possible de mettre une couche de sable afin de rendre le sol plus plane mais pour ma part je ne l’ai pas fait. Il faut ensuite poser du tissu géotextile afin de stabiliser et empêcher la pousse des herbes.

Pose des plots en plastique

On pose les plots en plastique directement sur le géotextile, en ligne perpendiculaire à la pose prévue des lames de bois. Les plots, avec des lambourdes en bois exotique, peuvent être espacées de 60 centimètres environ; pour des lambourdes moins denses il faut laisser 50 voire 40 centimètres.

dalle_plotEn cas de besoin, si la terre est trop meuble ou pas assez stable, il est possible de poser un carreau de carrelage sous le plot pour égaliser le terrain. Castorama propose aussi des dalles stabilisatrices spéciales pour la pose des plots.

Cassez 2 ergots faces à face sur les plots pour permettre de poser les lambourdes.

Pose des lambourdes

Posez les lambourdes dans le même sens que les plots posés précédemment, il faut veiller à ne pas les coller contre le mur et laisser 1 centimètre.

Il faut maintenant avec une règle à niveau régler les plots pour que les lambourdes d’une même rangée soit bien plane en commençant par les plots aux extrémités puis ceux entre. Appuyez sur les lambourdes pour vérifier qu’elles ne bougent pas  et que tous les plots touchent bien les lambourdes.

Ensuite régler les lambourdes pour qu’elle soient planes sur plusieurs rangées, toujours avec le règle. Vous devriez avoir cela à la fin.

terrasse_lambourdes

Il est aussi possible de fixer les lambourdes entre elles en vissant un bout de bois entre 2 lambourdes contigües a 2 ou 3 endroits. Il est également possible de faire un cadre de fixation, en mettant une lambourde perpendiculaire à chaque extrémité des longueurs.

Fixation des lames

On attaque la partie la plus simple, en tout cas dans mon cas, la seule difficulté réside dans le fait de savoir de quel côté commencer la pose. Si vous commencez coté mur, dans l’hypothèse ou les lames sont parallèles au mur de la maison, la dernière lame sera coupée si elle dépasse des lambourdes; si vous commencez de l’extérieur, ça sera la lame proche du mur qui risquera d’être coupée.  À vous de voir ce que vous préférez.

Commencer à poser les lames depuis le mur pour voir comment elles se placent et si aucun défaut n’est visible une fois posée sur les lambourdes. Mélangez vos lames pour panacher les couleurs.

Une fois les lames posées, au niveau du croisement avec les lambourdes, faites 2 trous de pré-perçage avec le foret à bois; Je vous conseille pour allez plus vite de couper un petit bout de lame dans lequel vous ferez des trous qui servira de patron pour le placement des trous. Pour aller plus vite, commencez par faire les trous uniquement aux extrémités des lames. Ensuite au niveau des trou de pré-perçage, on réalise avec le foret de 8/10mm un trou sur 1 cm pour la tête de vis; si vous avez une fraise, c’est mieux™.

Pourquoi faire cela ? le pré-perçage permet de faire un chemin droit pour la vis, sinon la vis pourrait partir de travers et cela facilite sa pénétration dans la lambourde. Le trou plus gros pour la tête évite de casser la vis lorsqu’elle force dans la lame pour entrer.

Maintenant il est temps de fixer la lame sur la lambourde, il suffit de viser la vis dans la lame mais sans trop forcer sous peine de casser la vis; quand la lame descend légèrement sous le poids de la vis c’est bon. Insérez des espaceurs (j’ai pris 4 millimètres) pour écarter la lame adjacente, et continuer la fixation jusqu’à arriver au bout de la terrasse.

La terrasse

Pas de lame à couper pour moi.

Dans la cas ou la lame n’est pas assez longue, il faut que les bords des lames commencent et terminent sur une lambourde, et donc chacun prend une moitié de la lambourde; tout en laissant 2 à 4 millimètres entre les lambourdes pour laisser un espace de dilatation.

Conclusion

Cet article ne se veut pas un article complet sur comment poser une terrasse mais juste un moyen de partager mon expérience, vous trouverez surement plus d’information sur un forum de bricoleurs.

Pensez a bien mesurer les lames et les lambourdes et vérifier qu’elles sont bien planes, avec un règle par exemple avant de les embarquer; ça évite les surprises au moment de la pose, comme se rendre compte qu’elles font 2,96 mètres plutôt que 3 mètres :-).

J’ai passé un saturateur sur les lames en ipé mais cela n’était pas nécessaire car je trouve que le bois est trop foncé maintenant. Il devrait normalement s’éclaircir d’ici quelques temps, enfin je l’espère.

Les espaceur de terrasse que j’ai acheté sont trop cher, avec un lame en contreplaqué, vous pourriez faire la même chose en moins cher.